Via Alpina

La Via Alpina passe le long des Alpes, de Vaduz à Montreux. Une randonnée longue distance à travers six cantons et 14 des plus peaux cols alpins. La randonnée suit parfois des chemins de randonnée larges, parfois des sentiers en altitude sur les crêtes, traverse des alpages des plus modernes et des simples bergeries, des villages enchantés et des lieux de vacances mondains. Les paysages changent en permanence mais sont toujours à couper le souffle, du premier au dernier kilomètre de la Via Alpina.

 

La Via Alpina commence tranquillement à monter mais devient rapidement plus difficile. Plusieurs tronçons sont des chemins alpins et requièrent d’avoir le pied sur et ne pas être sujet à des vertiges est un avantage. Il est nécessaire d’avoir une bonne condition pour ce long trajet.

Via Alpina de la Suisse orientale

La Via Alpina qui se divise en trois parties commence en tant que Via Alpina de la Suisse orientale dans la Suisse orientale, pour être précis dans la Principauté du Liechtenstein. Une promenade au centre pour admirer les bâtiments modernes des musées qui sont un contraste avec le château princier et c’est parti sur les chemins de randonnées vers Montreux.

La route passe au pied de l’imposant Gonzen, rejoint rapidement le château de Sargans et traverse la vallée principale avant de commencer l’ascension dans la « vallée des sapins blancs », le Weisstannental. Elle renferme beaucoup de bijoux tels que le lac romantique de Champersee. L’endroit idéal pour faire une pause méritée avant de continuer en direction de Weisstannen. Isolé ou pas Alp Siez est approvisionnée en lait avec un pipeline à partir de Nebenalp, presque comme avec un tube pneumatique. Mais ce n’est pas la seule innovation, une rareté architecturale se situe au-delà du Col de Foo : des chalets de montagne étagés. Les randonneurs se trouvent à présent dans le Pays de Glaris et passent une nuit au calme méritée à Elm. Méritée car l’étape requiert de grands efforts et un pied sûr.

Les géologues ne seront pas déçus sur le trajet entre Elm et Linthal. Elm est dans le GeoPark, où la naissance des Alpes est visible grâce au chevauchement principal de Glaris, une ligne bizarre mais bien reconnaissable le long des falaises autour du Piz Sardona.

Il est plus facile d’avancer sur la Via Alpina avec de telles connaissances dans le sac sur la naissance des Alpes. Montées et descentes s’enchaînent dans les Alpes glaronaises. Passage du Col de Richetli près de la Leglerhütte puis descente dans la vallée isolée du Durnachtal. Linthal, le dernier village de la Via Alpina de la Suisse orientale, n’est plus très loin.

Via Alpina de la Suisse centrale

La deuxième section de la randonnée longue distance s’appelle la Via Alpina de la Suisse centrale. Au départ des Alpes glaronaises le but est l’Oberland bernois. La route traverse les régions montagneuses les plus sauvages de la Suisse. Certains passages sont difficiles mais magnifiques.

Deux moments forts dès le début : la montée vers la terrasse ensoleillée de Brunwald commence à Linthal puis en direction du plus grand alpage Suisse, Urnerboden. 12.000 vaches vivent sur cette grande surface en-dessous du Col du Klausen. La Via Alpina passe par le Col du Klausen et suit pour terminer un sentier d’altitude traversant la vallée de Schächen pour monter abruptement dans le fond de la vallée jusqu’à Unterschächen. Après le transfert suit une petite randonnée près d’Altdorf, les randonneurs se laissent ensuite monter en téléphérique vers Brüsti puis marchent sur une crête au-dessus du Col de Surenen chargé en histoire vers Engelberg. Le magnifique lac scintillant Trübsee se situe deux étages au-dessus du village monastique au pied du Titlis.

La marche continue ensuite dans l’Oberland bernois en passant par le Col du Joch pour arriver à l’Engstlenalp dont le charme est accentué par un lac idyllique, des vaches de pâturage et des rhododendrons en abondance. Le troisième lac sur ce cours trajet se trouve sur le Tannalp où situent également une auberge et une fromagerie offrant un très bon ravitaillement.

Revigoré par du fromage montagnard et des gâteaux, on attaque les crêtes avec le Balmeregghorn avec vue sur le trio Eiger, Mönch et Jungfrau. Le nain Muggenstutz et un jardin de sculptures divertissent un peu sur les derniers kilomètres en direction de Meiringen où la Via Alpina de la Suisse Centrale se termine.

Via Alpina «Bärentrek»

Le troisième tronçon de la randonnée longue distance s’appelle la Via Alpina «Bärentrek» et va de Vaduz à Montreux. Les randonneurs se trouvent à présent dans la spectaculaire région de l’Eiger, du Mönch et de la Jungfrau. Autrefois, il n’y avait pas de sentiers, que des animaux sauvages, également des ours. D’où le nom de « Bärentrek », sentier des ours. Bien que cet endroit soit aujourd’hui aménagé avec des sentiers de randonnées, les randonneurs devraient tout de fois faire attention. Certains cols ou passages étroits doivent toujours être franchis.

Le tour commence à Rosenlaui et mène à Grindewald en passant par la Grande Scheidegg. La vue panoramique du haut de l’Eiger, du Mönch et de la Jungfrau est à couper le souffle. Rappelons-nous que les montagnes charismatiques ont autrefois déjà attiré un grand nombre d’alpinistes et que leur beauté a attiré les touristes dans la région. De Grindelwald on monte vers la Petite Scheidegg et suit le sentier d’altitude ensoleillé en direction de Wengen.

Lorsque l’on regarde les chutes d’eau on se souvient que Lauterbrunnen signifie exactement cela : il y a eu ici un grand nombre de sources, « lauter Brunnen » en allemand, « lauter » signifie « clair » et « Brunnen » « sources ». Pas étonnant donc, dans cette vallée cela jaillit et tourbillonne de tous les côtés. Les falaises sont ici très abruptes et certains randonneurs seront contents de pouvoir aller à Mürren en train. Il y a encore assez de marche plus tard : la route traverse le Col du Sefinenfurgge en passant par des paysages alpins jusqu’à la Griesalp dans l’arrière partie du Kiental, une vallée adjacente au Kandertal.

Il est à présent temps d’attaquer l’étape royale. La longue montée abrupte vers le Hohtürli, le col entre Kiental et Kandertal. Il est très éprouvant pour les randonneurs. Heureusement que l’on peut se revigorer à la Blüemlisalphütte avec des spécialités régionales. On traverse les moraines Blüemlisalp en descendant vers le lac Öschinensee qui est entouré de falaises abruptes spectaculaires. Une baignade dans le lac de montagne frais peut être très rafraîchissante et les derniers kilomètres de descente vers Kandersteg semblent se faire en quelques minutes.

Mais la prochaine étape est également astreignante : le téléphérique transporte certes les randonneurs à l’Allmenalp mais une ascension difficile vers le Bonderchrinde s’en suit, cela vaut cependant la peine. La vue à 360° sur les Alpes est unique. On s’offre une pause un peu plus longue avant de descendre sur Adelboden. Une étape plus courte passant par le Col d’Hahnenmoos dans la Vallée de la Simm clôture le voyage sur la Via Alpina « Bärentrek ».

Via Alpina de la Suisse occidentale

La quatrième et dernière étape de la randonnée grande distance se nomme la Via Alpina de la Suisse occidentale et mène de Lenk à Montreux. Ce trajet en a pour tous les goûts : les randonneurs qui ne sont pas fatigués et qui veulent encore des challenges se réjouiront des montées abruptes. Pour les épicuriens les auberges de montagnes proposent des fromages finis au feu. Peut être que les randonneurs de la Via Alpina sont les deux : des grimpeurs et des épicuriens.

Les oiseaux migrateurs quittent Lenk, survolent des alpages doux, traversent le territoire des lynx et l’humide région calcaire. La vue dégagée est exactement ce qu’il faut pour digérer les étapes précédentes et se préparer mentalement au prochain challenge. Il commence là où nous nous trouvons : la montée vers le Col du Trüttlis et demande quelques efforts aux randonneurs. La journée se termine à nouveau dans la vallée, à Gstaad, ville mondaine où on peut se laisser choyer et se revigorer d’un point de vue culinaire. Dès le lendemain la randonnée passe par des chemins d’altitude, laisse Gstaad dans la vallée.

Une pause s’impose dans le chalet de montagne Eggli puis traversée de la frontière linguistique du Col de Jable en passant par Wilde Bode. Plusieurs chalets de montagnes aux toits plats en tuiles produisant des fromages d’alpages excellents dans leurs cuves à fromages se trouvent le long de la route. Attention, le fromage ne s’appelle bientôt plus « Käse » mais « fromage » car la frontière linguistique est passée. En traversant les Gorges du Pissot on arrive à la grande vallée du Pays-d’Enhaut. Une petite promenade dans la petite ville de Châteaux-d’Oex s’impose avant de descendre sur Rossinière.

Le randonneur avertit peut à présent presque sentir le Lac Léman. D’un pas rapide on traverse le pont historique datant de 1650 en montant au Col de Solomon puis au Col de Chaude duquel le Lac Léman peut être admiré. La dernière étape de la Via Alpina se termine à la station supérieure de chemin de fer à crémaillère à Rochers de Naye. Ce n’est pas que pour faire du bien aux articulations qu’il est conseillé de faire les derniers kilomètres en train. Non : le trajet avec le train offre une vue incomparable sur le Lac Léman scintillant que l’on peut admirer dans son intégralité, mètre par mètre en descendant sur Montreux.

Vacances randonnée sur la Via Alpina